Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Claude & Mario
  • Marie-Claude & Mario
  • : Profitons au maximum même de choses simples qui s'offrent à nous !
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte libre

 Inscrivez vous dans ma Newsletter, pour recevoir mes nouveaux articles.

mettez votre adresse 

 

 

dans la "Newsletter" ci-dessus, puis OK

 

Archives

24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 19:21

Notre dialecte, l'alsacien, se parle et s'écrit.

Dommage qu'il se perde tout doucement.

Mais nous rencontrons dans certains magazines, comme par exemple celui du Conseil Général (bi-mensuel) de petites histoires en alsacien, avis aux amateurs...

 

Ci-dessous, un poême écrit par mon oncle Albert pour les 18 ans de ma mère en 1946.

Hét' genaui vor ànrtzig jiàr

Hèsch dü shon dràan gédàrt

Hèt der storig dir an den handla,

Der Mama éns bèt gebràcht.

Glein warst dü und oï so nidlir,

Ech gerschrien und oï glàcht,

Hèch gstàmpelt gàr so fridlich

Hèch di wéndla voll gmàcht

Manches Jïor éch nun verflossa,

Aus dir wàrdet 'ne jünge froï,

So erhofft di Harz ein Schätzchen,

A màn gar hübch und Fïn

Und dazua a riawig blatzla

Um mét ém gléglig zu sein.

Dàs wéch oï ir von Harza,

Dü, liawa geborstagskénd

Dàs die lawa ona schwarza

émmer mècht vorüberzieh'n.

 

 

 

Un autre écrit par l'un de la classe 1928 (conscrits de Soultzbach-Les-Bains) à l'occasion du mariage de mes parents en 1955.

 

Em Schwäjrvoter un sinra Sohnsfroï

Potzdoïsig ésch das a Gjécht,

Bis Munier's ésch hétt gross Fascht

Der Jacques, era einzig Büa,

Hèt  vo Vàter un miatter génuà

un Hirot hét mét grosser fraïd

ém Chef de Gare sini maïd

S'Jeannette das liawa kénd

wia er wit un braït kènss méh fénd

un schén ésch"s oï dérbi

dàs bawist ém papa Isidore sini Jalousie

Ich gloïb wènn's noch gatt géh

so wtt èr hétta am blàtz vom sohn do stéh

un ohna sich za géniara

Di hochzitt"snacht métém Jeannette Fihra

Doch ich ben séche s gatt nét wèlla

dènn mét Rossfleisch un méllich ésch schwar der mànn za ställa

un wènn ar oï duat Chateauneuf du Papa trencka

so fàngt's en der liab bi ém àscho zu sténga

drum wénn ar sich nét wéll blàmiara

so soll ar riawig si wiwila haïma fiara.

Doch s'junga éhparla älla mér nét vérgassa

un wamér hétt oï nét schmoutzig assa

so wénscha mér éhna fo gànza harza

"Viel gléck , Gsunheit un dérzüa

s'nagschta johr a stràmma büa.

                                           Z'Colmer am a Fleischlosa Taj

                                           Dér Mattahüpser  un a paar Pompiers.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by makilot - dans Quotidien
commenter cet article

commentaires

Articles Récents